Politique

 

Dans cette rubrique, vous apprendrez - entre autres - comment le système politique est structuré en Suisse, ce que signifie le fédéralisme, et quels droits de participation ont les étrangers dans notre pays.


Informations importantes sur la politique en Suisse

Pour commencer, quelques brèves informations dans votre langue: 

 

  • 1. Comment l'État suisse est-il né?

    état, politique, parlementLa situation géographique de la Suisse, au cœur de l'Europe, a fortement marqué l'histoire et le développement du pays, stratégique pour ses passages à travers les Alpes.

     

    En 1291, les trois communautés campagnardes de Uri, Schwyz et Unterwalden formèrent une alliance. Ils signèrent un pacte pour se défendre contre les Habsbourg. Ce pacte fédéral intégra ensuite plusieurs autres cantons au fil des siècles et est le fondement historique de la Suisse.

     

    La fondation de la Suisse moderne date de 1848. La majorité des cantons décida alors de créer un véritable État fédéral avec une Constitution fédérale (loi fondamentale de l'État). Celle-ci réglementa par exemple le fait que certains domaines comme l'armée, les douanes, la poste ou la monnaie seraient désormais centralisés et unifiés ; mais cette constitution a également ancré le principe d'autonomie des cantons.

     

    ch.ch: résumé rapide de l'histoire de la Suisse

    Pacte fédéral de 1291: le pacte fédéral de 1291

  • 2. Quel est le jour de la fête nationale suisse?

    état, politique, feuxLe jour de la fête nationale a été fixé au 1er août. On y commémore la signature du pacte du Grütli en 1291. Cette fête est fériée. Elle est l’occasion de fêtes populaires avec des discours et des feux d'artifice.

     

    L'hymne national s'appelle le «Cantique suisse». Bien que cet hymne ait été publiquement joué en 1841 pour la première fois, ce n'est qu'en 1981 qu'il a été déclaré hymne national officiel.

     

    Hymne national: Paroles et enregistrement de l'hymne national suisse

  • 3. Quelles sont les caractéristiques du système politique en Suisse?

    état, politique, systèmeLa Suisse repose sur une Constitution fédérale (loi fondamentale de l'État) et est donc un État de droit. Il s'agit d'une démocratie directe, c’est-à-dire que les citoyennes et citoyens participent aux décisions publiques dans une large mesure, en étant notamment appelés à voter sur de nombreux sujets, plusieurs fois par année.

     

    Le pays est également dit fédéral, car il est composé de cantons qui disposent d'une forte indépendance. La Suisse compte 23 cantons, dont six demi-cantons. Ils sont de tailles diverses et ne forment d'unité ni linguistique ni religieuse.

     

    En Suisse, à partir de 18 ans révolus, les citoyens ont de multiples occasions de participer activement à la vie politique. Ils peuvent participer aux votations et élections, en donnant leur voix pour l’une ou l’autre opinion/parti/personnalité. Ils peuvent se porter candidats à une élection ou s’engager activement à l’intérieur des structures d’un parti. Ils peuvent déposer des initiatives et des référendums. Grâce à une initiative, les citoyens ont la possibilité de demander des modifications de la Constitution fédérale. Par le biais d'un référendum ils peuvent demander à ce qu’une décision du Parlement soit soumise au peuple pour que celui-ci donne son avis définitif. Pour qu'une initiative ou un référendum aboutisse, il faut récolter un nombre précis de signatures dans un délai donné. Le droit de pétition donne la possibilité à chacun - y compris aux migrants - de formuler par écrit des requêtes, des suggestions et des insatisfactions à l'intention des autorités.

     

    Brochure «La Confédération en bref»: brochure gratuite et utile sur la politique suisse

    Statistiques suisses: Les cantons et leur chef-lieu

  • 4. Qu’appelle-t-on séparation des pouvoirs?

    état, politique, pouvoirOn appelle séparation des pouvoirs, le fait de répartir entre plusieurs organes indépendants les compétences de l’état. Au niveau national, on trouve:

     

    • L'organe législatif: le Parlement national, aussi appelé Assemblée fédérale, composé de deux chambres: le Conseil national et le Conseil des États. Le Conseil national compte 200 membres, répartis par cantons en fonction de leur population et le Conseil des États comptant 2 représentants par canton (1 par demi-canton), soit 46 membres.

    • L'organe exécutif: le Conseil fédéral. Il compte sept membres, qui président l'administration fédérale. L'un de ces conseillers assume en plus pendant un an la charge de président du conseil.

    • L'organe judiciaire: composé au plan national du Tribunal fédéral, du Tribunal pénal fédéral et du Tribunal administratif fédéral.

     

    Les pouvoirs sont répartis de la même manière au niveau des cantons : Le Grand Conseil est l’organe législatif (parlement), le Conseil d’Etat est l’organe exécutif et le Tribunal Cantonal l’organe judiciaire.

    Au niveau des communes, l’organe législatif est soit un conseil élu (appelé Conseil Communal sur le Canton de Vaud et Conseil Général en Valais), soit une assemblée de tous les citoyens, appelée Assemblée Primaire. L’organe exécutif est appelé Conseil Municipal sur le Canton de Vaud, Conseil Communal en Valais. Il est présidé par un syndic sur le Canton de Vaud, nommé président en Valais. Les élus sont nommés pour une législature, laquelle dure 5 ans sur le Canton de Vaud et 4 ans en Valais.

     

    Swissworld : informations supplémentaires sur le sujet
    Palais du parlement : visite virtuelle du Palais fédéral

  • 5. Que signifie le fédéralisme?

    état, politique, fédéralismeEn Suisse, le fédéralisme et la subsidiarité font partie des principes politiques fondamentaux.


    Fédéralisme : Les cantons suisses ont une grande marge d'autonomie. Ils disposent de leurs propres constitutions, de parlements, de gouvernements, de tribunaux et de services de police. Les cantons sont compétents également dans les domaines de la Santé et de l’Instruction publique, mais ils communiquent beaucoup entre eux afin d’amener une certaine harmonisation.


    Subsidiarité : L'idée essentielle à l'origine de ce principe est que ce sont tout d'abord les petites structures (communes et cantons) qui sont compétentes pour assurer les différentes missions. Si une commune est dans l'incapacité de gérer une mission, c'est alors le canton qui s'en charge. Et pour les missions que le canton ne parvient pas à assurer seul, la responsabilité peut en être transférée à la Confédération. C'est par exemple le cas en matière de politique extérieure, de droit du travail, de droit civil et pénal, de formation professionnelle ou d'infrastructures nationales.

  • 6. Quels sont les partis qui existent en Suisse?

    état, politique, partisPlus d’une dizaine de partis politiques cohabitent en Suisse, représentant toutes sortes d’opinions. Les principaux partis sont représentés au Conseil fédéral. Aucun parti ne dispose de la majorité absolue et la politique suisse repose essentiellement sur la recherche de compromis.

     

    Les principaux partis politiques sont:

     

    • L’Union démocratique du centre (UDC)
    • Le Parti socialiste (PS)
    • Le Parti libéral-radical (PLR)
    • Le Parti démocrate-chrétien (PDC)

     

    Ch.ch : informations supplémentaires sur le sujet

  • 7. De quels droits de participation politique disposent les étrangères et étrangers?

    état, politique, droitLa plupart des instruments de participation politique nécessitent de posséder la nationalité suisse. Certains cantons ont toutefois instauré le droit de vote et d’éligibilité pour les étrangères et étrangers au plan communal et cantonal.

     

    Les cantons de Neuchâtel et du Jura ont instauré ces droits au niveau communal et cantonal tandis que les cantons de Fribourg, Genève et Vaud le limitent au niveau communal. Les communes des cantons d’Appenzell Rhodes-Extérieures et des Grisons ont la possibilité d'accorder le droit de vote aux étrangers pour les affaires communales.

     

    Les étrangers ont le droit de lancer ou de signer des pétitions mais pas les initiatives et les référendums. Dans beaucoup de communes, ils peuvent être représentés dans des commissions actives au niveau local, notamment dans les commissions d’intégration des étrangers.

     

    Au niveau de notre région, les étrangers peuvent voter, élire et être élus dans les communes du Chablais vaudois. Il existe des commissions interculturelles ou commissions d'intégration à Aigle, Bex, Villeneuve côté vaudois et Collombey-Muraz, Monthey, Vouvry côté valaisan.